mercredi, janvier 25, 2017

PISTOIA (Toscane)







CAPITALE ITALIENNE DE LA CULTURE 2017
PISTOIA, à moins d'une quarantaine de kilomètres de sa capitale de région, Florence, ne bénéficie pas d'une "publicité touristique" qui pourtant aurait lieu d'être... même si, il faut le noter, l'approche dans un environnement industriel n'est pas incitatif. Le centre historique de cette petite ville, riche d'une douzaines d'églises et de palais médiévaux offre en effet un patrimoine remarquable que l'initiative culturelle 2017 va sans doute faire plus largement connaître. Historiquement, il faut savoir que Pistoia à l'apogée de sa puissance économique et guerrière au XIe, ne se remettra jamais vraiment des luttes intestines dont profitèrent Florence et Lucques pour assiéger et assujettir la ville... même si ensuite sous le gouvernement des Medicis les choses s'améliorèrent un peu, désormais elle sera toujours soumise à Florence.
"Regenerazione urbana" c'est le cœur du projet de la ville pour valoriser le patrimoine monumental plus d'autres lieux comme l'Ospedale del Ceppo qui ouvrira ses portes à un nouveau musée en mars 2017 et autres églises restaurées pour l'occasion. Arts plastiques, musique, théâtre, expositions dont le sculpteur Marino Martini, le peintre contemporain Giovanni Frangi, l'architecte Giovanni Michelucci, trois artistes en lien étroit avec la ville... autre curiosités aussi : la découverte des orti urbani chers à la ville et le Palio del'Orso qui a lieu chaque année au mois de Juillet.

PIAZZA "GRANDE"...PIAZZA DUOMO
Que l'on débouche sur Piazza Grande, comme l'appelle encore les locaux, depuis le vicolo de la via Roma ou de la via Ripa del Sale, la monumentalité de la scénographie médiévale chère aux piazzas italiennes joue encore à Pistoia.
Ici, la place se déploie en L sur un double rectangle permettant aux symboles des pouvoirs civil et religieux de se partager l'espace : d'une part le DUOMO fondé au Ve siècle mais dont l'essentiel date du XIIe (la cathédrale de San Zeno) et son CAMPANILE (XIIIe) à trois étages de galeries et d'un élégant toit pointu (à la jonction entre les deux places), le PALAZZO VESCOVILE XIVe (évéché et Museo Diocesano) et le BAPTISTERE XIVe ; d'autre part le sévère PALAZZO DEL PODESTA ou Pretorio (palais de justice) fait face à l'élégant PALAZZO DEL COMUNE (la municipalité et le Museo Civico) laissant ainsi tout l'espace central à la convivialité populaire du grand marché du samedi, une tradition depuis 998.


Comme dans tous les bourgs toscans, déambuler dans le centre historique de Pistoia, c'est se retrouver, au détour d'une rue commerçante animée ou passé les rumeurs d'un marché coloré, devant de remarquables architectures enrichies ou transformées au fil de l'histoire.  Ce mélange de styles architectural et décoratif, qui se déploie aussi dans un espace "désordonné", c'est tout le caractère et le charme du style médiéval romano-pisan qui prévaut en Toscane.
Ainsi la façade en marbre du duomo surmontée de trois galeries à colonnes et terminée par un fronton triangulaire, est précédée d'un portique ajouté en 1311. les terres cuites émaillées d'Andrea della Robbia ornant la voute de l'arcade du milieu et du tympan central datent de 1505... caractéristique de style aussi, la bichromie très graphique alternant le marbre de Carrare et le serpentino de Prato telle qu'on peut l'apprécier sur le Baptistère ou à S. Giovanni Fuorcivitas.









PISTOIA, LA CITTA DEL ALTARE di San JACOPO
Nombre de belles réalisations artistiques médiévales ont été réalisées sous la gouvernance pistoiese de l'évêque  Sant'Atto, entre 1133 et 1153. Confronté en 1143 au conflit suscité par une décision selon laquelle dorénavant les tribunaux jugeraient les membres du clergé et la menace de l'autorité civile de ne plus protéger le comté et l'église... Atto, (d'origine portugaise ou espagnole ?) mandata à St Jacques de Compostelle un émissaire d'en l'espoir de récupérer une relique, qu'il 'obtint. En fin stratège, la relique fut donnée conjointement à l'église, mais aussi au collège communal et surtout à la cité de Pistoia et... tout ça, car : la Via Francigena sur le chemin de Compostelle ne se trouvant qu'à une vingtaine de km de Pistoia attira très vite de très nombreux pèlerins et tout le monde fut gagnant : religieusement et économiquement.
 
En commémoration de cette précieuse relique, la première commande de l'ALTARE ARGENTEO DE SAN JACOPO fut faite en 1287 par le Conseil de Commune et du Peuple. Composé de plusieurs "étages", sur lesquels travaillèrent les meilleurs orfèvres toscans (dont Filippo Brunelleschi qui signa les bustes des prophètes IsaÏ et Jérémi), le travail s'étala jusqu"en 1399 date de sa consécration et que l'on peut voir aujourd'hui au Duomo.



PISTOIALA CITTA dei TRE PULPITI
chaire de San Bartolomeo in Pantano de Guido da Como (1250)
Pulpito, la chaire, du latin pulpitum, était utilisée dans l'Antiquité à des fins laïques ou religieuses : dans l'ancienne Rome, le magistrat y montait pour administrer la justice, les orateurs pour enseigner ou renseigner, les acteurs pour déclamer ... Au Moyen-Âge, avec la diffusion du Christianisme, la chaire devint l'endroit où le prédicateur, qui fût moine ou prêtre, interpellait le peuple et répandait la parole de Dieu. En partant de l'idée que la chaire était utilisée pour éduquer et transmettre la foi à un peuple qui ne savait pas lire les Saintes Écritures, on peut comprendre que la structure, les sculptures et la décoration du pulpito faisaient partie de la transmission du message divin.
Pulpito à San Giovanni Fuorcivitas de Fra' Guglielmo da Pisa (1270)
Les pulpiti de Pistoia universellement réputés pour leur intérêt artistique, constituent das leur chronologie, aussi, une clé pour analyser le développement et l'évolution d'une partie de ce qui fit la caractéristique de l'art toscan.
Pulpito de Giovanni Pisano, à Chiesa Sant Andrea (1298-1301)
 de l'art de passer d'une expression de spiritualité dans l'art roman à l'émergence d'une émotivité dans le gothique.


LA LEGENDE DE L'OSPEDALE DEL CEPPO
 Nous sommes à Pistoia dans la seconde moitié du XIIIe, où vit un couple très riche, sans enfants, et qui se préoccupe de savoir à qui ils vont léguer leur considérable patrimoine. Une nuit les deux époux font un rêve où un ange leur demande de chercher dans la ville un tronc (ceppo) d'arbre abandonné, qui fleurit malgré l'hiver. Le couple se précipite et le trouve sur les berges de la Brana... un signe divin qui les invite à construire en ce lieu un bâtiment qui allègerait les peines des malades, des invalides, des indigents et des plus pauvres.
On notera qu'à cette époque la filiation d'un bâtiment à un tronc d'arbre reste rare, voire unique, l'image de la Vierge ou d'un saint étant plus usitée. À Pistoia c'est la période de tutelle de la ville par Florence, la gestion du futur ospedale va donc être confiée à Ser Leonardo Buenafede, grand collectionneur et ami des artistes précedemment en charge de l'ospedale di S. Maria Nuova à Florence.
Il s'adresse donc à quelques-uns des plus grands artistes du moment en Toscane, pour orner la façade d'œuvres en terre cuite émaillée :  à Giovanni della Robbia il commande sept médaillons, à Santi Buglioni six panneaux. S'inspirant de ce que son frère Andrea della Robbia avait fait à l'Hôpital des Innocents à Florence, ses médaillons déclinent néanmoins des images toujours différentes ; les sept panneaux qui longent la façade relatent quant à eux des œuvres de miséricorde alternés par la représentation des vertus cardinales ou théologales.
Restauré en vue de la manifestation de 2017, l'ospedale aujourd'hui se visite et, fidèle à sa vocation, il accueille le nouveau MUSEO DELLA SANITA PISTOIESE, riche d'un fond d'instruments chirurgicaux ayant appartenu à l'Ecole de Mèdecine de Pistoia et dont la collection s'est enrichie de nouvelles acquisitions, riche encore des très belles salles d'anatomie du TEATRO ANATOMICO.
.....

Parmi les nombreuses églises sur lesquelles vous renverront les guides spécialisés :
La Basilique de LA MADONNA DELL' ULMITA couronnée par une coupole de Vasari de 59 m.

et l'écrin qu'est la CHIESA DI SAN LEONE

APERCU DU PROGRAMME DES MANIFESTATIONS
Site officiel : Pistoia Capitale Italiana della Cultura 2017 www.pistoia17.it

 
EXPOSITIONS
MARINO MARINI : Passione visive (16 septembre 2017-Janvier 2018)
LA CITTA DI MICHELUCCI ( 25 mars-21 mai)
LE MAI MUSICAL FLORENTIN pour la première fois s'exportera à Pistoia et donnera :
Idomeneo de Mozart au Teatro Manzoni (26 et 30 avril, 3 et 6 mai). 
l’Orchestre et le Chœur du Maggio donneront la symphonie Sinfonia “Resurrezione” de Mahler(5 juillet sur la Piazza del Duomo


VIVAISMO PISTOIESE 
Depuis plus d'un siècle la province de Pistioia cultive son jardin et elle est aujourd'hui leader en Europe pour la culture de plants de plantes typiques du monde entier. Le moment clé pour explorer le territoire sera la manifestation "Vestire il paesaggio" (Habiller le paysage) 11-17 juin où les places deviennent de grands jardins de partage et de discussion ; aussi des itinéraires en biccicletta verde dans les parcs, cloîtres et jardins et des pépinières portes ouvertes.


TRADITION
GIOSTRA DEL ORSO (joutes de l'ours) : une course équestre qui entre lieu entre quartiers de la ville le 25 juillet, jour de la fête de San Jacopo

GUIDE PRATIQUE DE PISTOIA
SE LOGER
HÔTEL PATRIA, un classique 4*
www.patriahotel.com
LOCANDA SAN MARCO, du charme
www.locandasanmarco.com/home.html
AGRITURISMO AMADEA
www.agriturismoamadea.it

RESTAURANTS
BALDO VINO, bar à vin
wwww.enotecabaldovino.it
TRATTORIA LA STORMO, traditionnelle cuisine toscane
via del Lastreone ; Tél. (0)573 26193
OSTERIA LA CANTINETTA, bonne cuisine méditerranéenne et pizzas
via Francesco Crispi 17 ; Tél. (0)573 178 1113

RAFANELLI
TRATTORIA DELLA ABBONDANZA
LA BOTTEGAIA OSTERIA 

clic sur image = agrandir

dimanche, janvier 01, 2017

Auguri / Vœux 2017




"Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain... (P. de Ronsard)
(image non créditée)